Vidal au casino, acte 2 : un As du ballon rond mais pas du jeton

Si le footballeur chilien Arturo Vidal est un guerrier sur le terrain, il est également réputé pour ses frasques. Les membres du casino de Monticello en ont d'ailleurs fait les frais lors de la visite du joueur du Bayern Munich dans l’établissement de jeu le 29 août dernier. Retour en détails sur cet incident qui arrive en pleine préparation pour les qualifications du Mondial 2018.

Un incident qui n’est pas le premier

Les titres ne sont pas tendres avec le milieu de terrain du Bayern de Munich. « Vidal impliqué dans un nouveau scandale », « Vidal sème le désordre au casino », « Vidal au casino, la suite » ou « Vidal encore au cœur d’un scandale ». Une chose est sûre, le footballeur n’a décidément pas fait une arrivée très discrète pour rejoindre la sélection chilienne de Juan Antonio Pizzi… et les journalistes n’ont pas manqué de le lui rappeler.


Selon les médias chiliens, le milieu de terrain aurait causé du bruit dans plusieurs chambres réservées au nom du footballeur. Ce dernier aurait, en effet, passé une soirée plutôt « mouvementée » dans l’établissement Le Monticello et il ne s’agissait d’ailleurs pas d’une première puisqu’en 2015, le footballeur chilien avait déjà été retrouvé en état d’ébriété en pleine Copa América au volant de sa Ferrari alors qu’il rentrait du casino.

« Connu pour ses sorties nocturnes Olé-olé au Chili tout comme en Europe, le milieu de terrain de 30 ans a nié les faits […]. »

Le footballeur amateur de jeux de casino se défend

Les voisins de chambre de Mr Vidal ont déclaré que ce dernier aurait causé « du désordre et du bruit »… sans pour autant, être interpellé par la police cette fois-ci.


Connu pour ses sorties nocturnes « Olé-olé » au Chili tout comme en Europe, le milieu de terrain de 30 ans a nié les faits en indiquant que les médias voulaient « salir » son image en « inventant de fausses histoires ». Même si le principal intéressé concède qu’il se trouve dans « une situation très délicate », Vidal s’en défend : « Je ne peux pas payer pour ce qu’ont fait mes amis. Certes, j’étais au casino ce soir-là, mais je suis parti tôt et sans histoire, puisque je suis un joueur professionnel. Je ne souhaite pas voir mon nom accolé à ce genre d’affaire compliquée. Je me concentre sur l’équipe et le jeu, mon coach me fait confiance ». Artur Vidal met en avant de la « désinformation » quant à cet incident.


Rappelons qu’en 2015, le scandale « Casino, Acte 1 de Vidal » aurait pu fortement porter préjudice au joueur, tout de même sélectionné de justesse par Jorge Sampaoli à l’époque. Arturo Vidal aime décidément un peu trop le casino, surtout lorsqu’il est en sélection nationale.